L’Ontario veut que les infirmières formées à l’étranger puissent pratiquer plus vite

Source : 
Radio-Canada

Radio-Canada

Publié hier à 17 h 06

La ministre ontarienne de la Santé donne deux semaines aux ordres professionnels des infirmières et médecins pour proposer un plan qui permettra aux candidats formés à l’étranger de pratiquer leur métier plus rapidement dans la province.

Sylvia Jones a envoyé ces directives jeudi à l’Ordre des infirmières et à l’Ordre des médecins et chirurgiens. Elle leur a demandé de faire tous les efforts possibles pour accorder leur permis de pratique à ces infirmières et médecins le plus rapidement possible .

La ministre veut aussi que l’Ordre des infirmières prenne des mesures pour appuyer les infirmières formées à l’étranger qui ont besoin, par exemple, d’une mise à niveau pour satisfaire aux exigences en Ontario, afin qu’elles puissent travailler.

Mme Jones s’attend à être informée du plan d’action des deux organismes d’ici deux semaines.

Les hôpitaux ontariens manquent de personnel au point de devoir, dans certains cas, fermer momentanément leurs urgences.

Les regroupements d’infirmières, dirigeants d’hôpitaux, professionnels du secteur et défenseurs du système de santé ont affirmé que l’épuisement lié à la pandémie et la rémunération inadéquate ont amené de très nombreuses infirmières à abandonner la profession.

La présidente de l’Association des infirmières de l’Ontario, Cathryn Hoy, pense que l’arrivée d’infirmières formées à l'étranger sera une bonne chose. Elle attend toutefois de voir quelles mesures l’Ordre des infirmières va prendre avant de se prononcer sur l’effet de la directive de la ministre.

Mme Hoy souligne également que le premier ministre Ford, contrairement à ce qu’il a affirmé mercredi, ne fait pas tout ce qui est en son pouvoir pour résoudre la crise. Elle déplore qu’il n’annule pas la loi qui limite les hausses salariales à 1 % pendant trois ans, le projet de loi 124 .

Vous allez intégrer toutes ces infirmières formées à l’étranger, ce qui va aider; ce sont des infirmières, a-t-elle déclaré.

Mais, dans la pratique, qui va les soutenir, les orienter, leur servir de mentor? Il n’y a pas assez d’infirmières pour faire ce qu’il y a à faire en Ontario. Alors nous devrons ramener les infirmières qui ont pris leur retraite et la seule façon de faire ça, c’est d’annuler le projet de loi 124.

Doug Ford a affirmé mercredi qu’il n’abrogerait pas la loi et qu’il n’augmenterait pas la prime de 5000 $ versée aux infirmières pour les inciter à rester.

Il a précisé que les dispositions de la loi vont expirer et qu’elles ne s’appliqueront pas aux prochaines négociations contractuelles des infirmières.